• 06 73 28 91 59

PRÉSENTATION DE LA GROTTE SAINTE MARIE-MADELEINE

Marcher jusqu’à la Grotte Sainte Marie Madeleine, dans le Var, c’est suivre les traces de quelques 2 000 ans d’histoire. Selon la tradition, c’est en ce lieu, 14 ans après l’ascension de Jésus, que Marie-Madeleine s’est retirée après son arrivée à Sainte Marie de la Mer. Le site est donc rapidement devenu un lieu idéal pour un séjour de pèlerinage.

Ainsi, après Saint-Louis, Louis XIV, plusieurs papes et des milliers de personnes nobles, c’est à vous de prendre le « chemin des rois » pour monter à la grotte. En chemin, admirez la forêt de hêtres, de chênes et de pins remarquablement protégée et préservée pendant des siècles, d’autant plus qu’il est devenu rare en France d’observer une forêt telle qu’elle existait à la fin du Moyen Âge.

LA MONTÉE AU SANCTUAIRE DE SAINTE MARIE-MADELEINE

Une fois que vous atteignez le grand escalier, vous n’êtes plus que 150 marches de l’entrée de la Grotte / sanctuaire. Cet escalier a été construit en 1913 pour permettre un meilleur accès à la grotte depuis la forêt en contrebas. Les 150 étapes représentent les 150 perles du chapelet original.

À mi-chemin des escaliers, vous arriverez à une porte. Lorsque vous entrez, vous tournez immédiatement à droite pour monter quelques marches supplémentaires. Avant de monter, prenez le petit escalier à gauche qui mène aux statues représentant la scène de la crucifixion de Jésus. Juste à côté se trouvent des vestiges de statues datant du XVème siècle.

UNE VUE IMPRENABLE

Arrivé aux des vestiges de statue, à ce stade, vous remarquerez une vue époustouflante qui se trouve juste derrière vous. Peu importe la saison, cette vue est magnifique. Le groupe de bâtiments que vous voyez au loin est l’Hostellerie de la Sainte-Baume de Marseille, et le couvent Sainte Marie Madeleine.

Une fois que vous en avez assez de la vue, continuez de monter quelques marches jusqu’à la base de la grotte. Le bâtiment que vous voyez devant vous avec la porte en bois et les volets rouges est un bâtiment plus « moderne ». Il a été construit vers le milieu du XIXe siècle et abrite les dominicains qui s’occupent de la grotte et y organisent la messe.